Très cher Olivier, Mr le Président de l’ACN

Très cher Olivier,     

Mr le Président de l’ACN,

Mesdames, Messieurs les membres du C.A. de l’A.C.N, en vos titres et qualité, 
En qualité de porte-parole et au nom d’Union4U, je me propose de vous communiquer les réponses et éclaircissements demandés lors de notre précédent et cordial échange du 5 novembre dernier. 
Je me propose également, de reprendre les questions restantes, dans l’ordre dans lequel vous les avez rédigées dans le compte rendu relatif à notre rencontre par Zoom. 

Question 1 :

A l’heure actuelle, dans le CA, les membres sont élus à vie : envisagent-t-ils d’ouvrir le CA pour avoir une représentativité, en son sein, de chaque association professionnelle qui serait partenaire et promotrice de ce futur syndicat ? 


La position d’Union4U : Les fondateurs sont les membres qui sont à la genèse du mouvement, comme c’est d’ailleurs  le cas pour bon nombre d’autres mouvements similaires. Néanmoins,  cela ne leur donne pas le droit pour autant de siéger à vie au CA. En effet, nous faisons bien la distinction entre membres fondateurs et membres du CA élus qui devraient d’ailleurs prochainement, si tout va bien, faire l’objet d’une élection, comme de coutume, précédée d’une candidature permettant à tout membre d’Union4U de se présenter comme candidat valable. Par ce fait, nous réitérons l’appel à nous unir et, pourquoi pas, à vous faire membres pour ainsi pouvoir siéger au sein du CA sans porter préjudice à d’autres formes de collaboration que nous voulons fortes, telles que des structures de concertations, encore à construire. Il va de soi que la confiance doit se développer pas à pas et que la communication vers des convergences doit encore se consolider. Nous pensons que cela est tout à fait possible par la volonté de chacun. 


Question 2 de l’ACN :

Dans les statuts actuels sont reprises les missions des associations professionnelles. Seraitil possible de les cibler davantage sur les missions d’un syndicat futur ? (A l’heure actuelle, il y a une réelle concurrence entre les deux). 


Position d’Union4U : il est vrai que les statuts et missions sont similaires aux associations professionnelles étant donné qu’ils ont une même finalité, à savoir défendre la profession. Cependant, Union4U se propose de mettre l’accent sur les dimensions plus spécifiques que sont les conditions de travail, l’encadrement, le combat social, la condition sociale, le combat salarial, la défense des droits acquis et le droit à la reconnaissance de la pénibilité du métier. Ce sont des thèmes qui, pour nous, relèvent plus du combat syndical qu’associatif qui est tout aussi essentiel que l’action des associations professionnelles. 


Question 3 de l’ACN :

Quelles sont les stratégies utilisées par Union4U à l’heure actuelle pour se faire entendre en regard de son statut hybride ? 


Position d’Union4U : notre syndicat est actif sur plusieurs fronts en lien avec les trois thèmes prioritaires que nous avons décidé de porter pour notre première année d’action et étayés sur notre site www.union4u.be. Comme vous, nous utilisons tous les moyens médiatiques pour véhiculer nos messages, nos revendications, et porter nos propositions alternatives pour de meilleures conditions de travail des infirmiers et aides-soignants. Nous agissons légalement contre les arrêtés ou lois contraires à la profession. Nous introduisons des recours pour marquer les lignes à défaut d’avoir gain de cause. Une fois plus nombreux et plus  représentatifs, nous n’excluons pas de faire appel à un arsenal d’actions syndicales sans pour autant se transformer en « casseurs d’abribus », une telle réaction allant à l’encontre de nos principes. Nous ferons preuve de fermeté si la situation l’exige en usant de beaucoup de créativité pour marquer le coup comme, par exemple, le syndicat infirmier finlandais. Ceci n’est qu’un aperçu de ce que nous pourrions entreprendre en vue de faire reconnaitre l’essentiel de l’art de soigner et sa réelle et nécessaire implication dans une politique de santé publique dont nous sommes l’un des piliers.

 
Question 4 :

Quel est le positionnement des syndicats existants ? Partenaires ou pas ? 


Position d’Union4U : n’ayant pas d’intention belliqueuse à leur égard, nous leur avons envoyé un courrier pour les prévenir de l’avènement de notre mouvement, sans grande réaction de leur part pour l’instant. 
Plus localement, certains sont tolérants et observent, d’autres critiquent et admettent ouvertement ne pas nous soutenir. 
En ce qui nous concerne, nous continuons à cultiver l’ouverture et nous assumons pleinement notre mouvement qui cherche à mobiliser tous ceux qui n’ont encore jamais franchi le pas d’embrasser un mouvement associatif ou syndical pour être acteurs de leur devenir. 

 

Question 5 :

Préambule — principe du « syndicat non-syndicat ». Dans la déclaration d’intention, il est rapidement indiqué que cette ASBL est « une association syndicale », mais « n’est pas un syndicat au sens de l’AR du 20/12/1963 ». Ce n’est donc pas vraiment un syndicat tel que tous les praticiens peuvent les observer dans leur quotidien. Peut-on avoir cet AR de 1963 (impossible à retrouver sur le site web du MB) ? Vu la portée de ce choix et sur la déception importante qu’elle va provoquer auprès des adhérents potentiels, on suppose qu’il a été fait sur base d’une analyse juridique circonstanciée. Peut-on obtenir cette analyse ? Vous êtes-vous basé sur un autre modèle de « pseudo-syndicat » pour rédiger vos statuts ? Par exemple, l’ABsym, syndicat de médecins spécialistes, qui n’est pas non plus un syndicat au sens de l’AR du 20/12/1963… Si oui, quel autre modèle, sur quels aspects ? 


Position d’Union4U : Union4U est un syndicat au sens de l’arrêté qui les définis à ceci près que, n’étant pas suffisamment financé, il n’est pas en mesure d’avoir une caisse de chômage ni de traiter cette matière. Il en est de même pour la caisse de grève. Vous l’avez bien décrit, nous sommes plus proches des syndicats de la police, de cheminot, de l’ABsym que des structures syndicales historiques issues des trois grands piliers sociaux. 
Notre action se veut focalisée sur les avancées sociales (condition, norme, bien-être au travail, et économiques (salaires, IFIC, etc.). 


Question 6 :

Politique « Elle est indépendante à l’égard des partis politiques » : comment comptez-vous garantir cette indépendance ? Quels sont les critères appliqués ? Est-ce qu’en ayant Sébastien Bovy, chef de cabinet du président du sénat et Jacques Brotchi (MR) dans vos membres fondateurs, vous respectez votre objet social ? 


Position d’Union4U : quand un mouvement se targue d’être syndical, il pratique inévitablement une forme de politique et entreprend d’utiliser les outils inhérents à cet environnement ; lobbying, contacts variés avec des représentants démocratiques de tous bords, pour autant qu’ils soient prêts à défendre nos positions et les porter à la chambre pour les faire exister. C’est, entre autres, en faisant et défaisant les lois que nous pouvons aussi agir concrètement en faveur des objectifs que nous défendons prioritairement. A titre d’exemple, la loi sur les droits du patients et celle qui l’a suivie, à savoir celle de l’intégration de la lutte contre la douleur, étaient aussi à l’initiative de soignants mais portées par des députés qui ont rassemblé autour d’eux de nombreux membres d’autres partis pour voter cette loi historique à l’unanimité. Nous considérons que nous devons être prêts dans un état de droit à parler avec tous dès l’instant où ils pourraient intercéder en faveur des missions que nous défendons. Notre indépendance ne se mesure pas à la non fréquentation du monde politique, mais bien à sa capacité à s’opposer à tout moment à qui nous souhaitons ! 

 

Question 7 :

Adhérents L’inscription comme membre adhérent se fait par courrier/mail avec motivations et apports au président : pourquoi ne pas avoir uniquement/simplement prévu une adhésion par paiement de la cotisation ? Comment allez-vous expliquer aux milliers de membres potentiels qu’il faille rédiger un mail, et qui va traiter ces milliers de mails ? Pourquoi aucun des articles qui traitent des membres n’exige-t-il que ceux-ci soient infirmiers ou aides-soignants ? Aucune disposition, sauf le bon vouloir du CA ou du président, n’empêche un quidam non-soignant de solliciter et obtenir son adhésion… 


Position d’Union4U : le choix du financement de notre syndicat s’opère par l’intermédiaire d’une société de crowdfunding qui, durant le temps d’appel aux dons et cotisations, se déroule comme décrit par vous et c’est ce qui fait sa particularité. Par la suite, la cotisation prendra une forme plus conventionnelle comme vous la connaissez déjà. Il ne faut y voir aucune malice mais bien une alternative participative qui correspond à notre vision, impliquant étudiants, professionnels, sympathisants et citoyens souhaitant nous aider. Il est vrai que nous demandons aux membres de nous faire confiance, et ça ne semble pas poser de problème actuellement. En ce qui concerne les membres, seuls les aides-soignants et infirmiers peuvent adhérer à notre syndicat. 


Question 8 :

Siège de l’association et secrétariat : comme l’oblige la Loi sur les ASBL, vous indiquez que les PV des réunions de l’AG sont tenus dans un registre au siège de l’ASBL. Ce siège est Rue de la source 18 à 1060 St Gilles, adresse bien connue car historiquement siège social de la FNIB. Mais, à cette adresse, il n’y a pas de bureau ou d’habitation occupés par un des membres effectifs. Où vont donc se trouver les PV des réunions ? 


Position d’Union4U : c’est exact. De manière transitoire et à défaut de moyens financiers pour l’instant, nous avons accepté provisoirement l’aide de la FNIB, une des associations qui nous ont proposé d’emblée leur soutien par la mise à disposition de leur siège le temps que nous puissions rassembler les fonds nécessaires à ouvrir notre propre siège très prochainement. 
 
En conclusion, nous tenons à nous réaffirmer aux côtés des associations professionnelles et d’un ordre infirmier qui reste à créer, nous défendrons les conditions de travail de nos infirmiers et aidessoignants pour un avenir meilleur et plus propice au bien-être au travail pour un confort des patients bénéficiant de soins de qualité et à haute valeur ajoutée. 
 
Nous restons bien entendu disponibles pour toute construction future au profit de la profession, et espérons ainsi avoir répondu à vos questions, vous permettant, par la même occasion d’informer votre CA ainsi que vos membres. Veuillez recevoir, Mr le Président, chers membres du CA, nos considérations les meilleures.