Foire aux questions ou FAQ

« Nous voulons au chevet des patients, auprès des familles et des proches, des infirmiers et des aides-soignants, mieux formés, plus qualifiés, réflexifs et compétents, enfin reconnus et payés en regard à leurs responsabilités et expertises afin d’être représentés de façon effective dans tous les organes de décision et les secteurs du système de santé en Belgique ».

 

Historique

 

Comment UNion4U est-il né ?

UNION4U est né de la volonté et de la mobilisation de quelques infirmiers investis et confortés par la certitude que nous avions besoin d’une structure spécifique pour défendre les intérêts des praticiens de l’Art infirmier, rassemblant les infirmiers et aides-soignants, à la suite de la crise sanitaire « Covid-19 ». Notre constat est que les soignants ne sont pas reconnus ni valorisés humainement et pécuniairement à leur juste valeur au regard de leurs études, expertise, responsabilité et pénibilité.

Qui vous a financés ?

Pour notre constitution et ce jusqu’à obtenir un nombre de membres suffisant, la FNIB (Fédération Nationale des Infirmières de Belgique) nous a octroyé un dépôt qui lui sera remboursé. Afin de respecter notre autonomie, nous assurons évidement que tout argent reçu de leur part leur sera intégralement reversé dès le lancement du syndicat c’est-à-dire à la clôture du crowdfunding ou financement participatif.

Notre statut juridique étant celui d’une ASBL avec un numéro d’entreprise, nous pouvons vous assurer d’une transparence totale ; de fait, toute personne qui le souhaite pourra consulter nos comptes annuels selon les modalités que la législation impose.

Comme tout syndicat, nous ne pouvons agir que par l’entremise des cotisations de nos membres ; Union4U a donc opté pour un financement participatif (crowdfunding) permettant aux infirmiers et aides-soignants de devenir membres et au grand public de manifester via un don son soutien à notre démarche de défense de la profession.

Ce mécanisme de « crowdfunding » nous permet de garantir le remboursement intégral à chaque contributeur si d’aventure notre projet de fondation d’un syndicat ne se concrétiserait pas ; en effet, en cas de dissolution d’Union4U, l’imposition du « crownfunding » est de rendre impossible toute liquidation des fonds perçus vers toute autre association ayant un objet social similaire mais bien de reverser intégralement sa contribution à chaque souscripteur initial.

Le choix du crowdfunding présente l’avantage de garantir l’automatisme d’un éventuel remboursement.

Pourquoi avoir choisi le même siège social que celui de la FNIB ?

Lors de toute constitution d’une ASBL, il est légalement obligatoire de disposer d’un siège social dès le dépôt des statuts auprès du Tribunal de l’Entreprise compétent.

L’occupation en tant que locataire d’un siège social présentait un coût pour lequel Union4U ne disposait pas des fonds nécessaires lors de sa constitution.

Union4U s’est vu proposer gratuitement et de manière transitoire, le siège social de la FNIB ; en effet, cette association professionnelle infirmière créée en 1922 (la première en Belgique) et domiciliée depuis lors 18, rue de la Source à 1060 Bruxelles qui a été à l’origine du premier soutien ouvertement exprimé envers notre projet syndical Union4U.

Dès que nous pourrons financièrement être autonomes, nous rechercherons activement un siège social pour y implanter nos bureaux.

 

Equipe en place

 

Qui êtes-vous ?

A l’origine, nous sommes des infirmiers d'horizon divers : hôpitaux, MR-MRS, soins à domicile, enseignement, ... et nous sollicitons vivement tout[e] aide-soignant[e] désireux de nous rejoindre pour renforcer les forces vives de notre syndicat et poser leur candidature en qualité de futurs administrateurs d’Union4U.

Qui mieux que des infirmiers et aides-soignants pour défendre en parfaite connaissance de cause nos propres intérêts ?

Quelle est votre expertise dans l'art de soigner ?

Les membres actuels de l’équipe fondatrice sont des praticiens de l’Art Infirmier. Nous travaillons encore aujourd’hui dans des milieux divers : hôpitaux, soins à domicile, MR/MRS, enseignement, association professionnelle, informatique hospitalière,

D’une part, pour une partie des membres fondateurs, ils ont milité de très nombreuses années par l’entremise d’associations professionnelles généralistes et/ou spécialisées dans la plupart des structures officielles des soins de santé tant en Belgique qu’à l’international. Certains d’entre eux ont assumé diverses responsabilités importantes dans les organes représentatifs des soins infirmiers.

D’autre part, nous sommes secondés et conseillés par des experts juridiques, un cabinet d’avocats ainsi que par des personnes investies dans la société (politologue, sociologue, anthropologue, …).

Comptez-vous rester indéfiniment en place ?

Un membre fondateur d’Union4U asbl, quel qu’il soit, est par définition à l’origine du mouvement et, par conséquent, la question d’une nomination à vie de tout fondateur à une quelconque fonction est sans objet. A contrario, un administrateur quelle que soit sa fonction sera élu démocratiquement selon les modalités légales habituelles qui régissent les ASBL en ce qui concerne la tenue de l’Assemblée Générale annuelle [1] :

-       Dépôt de candidature

-       Election

-       Constitution des différents organes

-       Durée du mandat limitée dans le temps

[1] Code des sociétés et des associations, introduit par la Loi du 23 mars 2019 en remplacement de la loi du 27 juin 1921 modifiée par la loi du 2 mai 2002. L'Arrêté royal d'exécution a été publié le 29 Avril 2019.

Un Règlement d’ordre intérieur - R.O.I verra le jour afin de définir toutes ces modalités et déterminer les qualités demandées aux administrateurs afin de garantir leur neutralité et leur indépendance.

Des élections auront lieu lors de la prochaine Assemblée Générale dès que la situation sanitaire le permettra.

Êtes-vous payés ?

Nous ne sommes pas payés pour le moment. A terme effectivement, les personnes qui travailleront quotidiennement pour Union4U seront rémunérées, notamment pour des fonctions essentielles à toute structure syndicale (secrétariat, logistique, etc).

Nous pourrions envisager que pour certaines missions bien définies, une rémunération ou défraiement soit octroyé au prorata des spécificités, contraintes et compétences exigées dans le cadre de la mission (projets, enquêtes, missions à l’étranger, …). C’est le Conseil d’administration d’Union4U qui statuera.

 

Nos missions/valeurs

 

Quelles sont vos missions ? Vos valeurs ?

Union4U a pour mission de défendre les praticiens de l'Art infirmier notamment en protégeant les acquis sociaux, d'améliorer les conditions de travail, de représenter ces travailleurs au niveau de toutes les instances de décisions et de promouvoir la formation et l'expertise de l'Art de soigner.

Union4U est attaché à garantir une sécurité et une qualité des soins apportés à la population.

Nos valeurs :

« Liberté, Solidarité, Responsabilité et Créativité » guident le Syndicat autonome Union4U

En effet, notre indépendance, notre liberté d’action, notre force et notre volonté nous renforcent dans nos missions premières et essentielles.

Quels sont vos engagements ?

De défendre les praticiens de l'Art infirmier partout et en tous lieux notamment en protégeant les professionnels que nous sommes pour leur permettre d’avoir des conditions de travail, de rémunération et d’aménagement de fin de carrière, de pension correctes et dignes dans le respect de leurs compétences, contraintes de formation et de pénibilité reconnue.

N’est-ce pas trop corporatiste ?

Nous pouvons reconnaître en effet que notre syndicat "Union4U" est peut-être « corporatiste ».

Toutefois, nous préférons plutôt le terme de « corporatif », c’est-à-dire qui concerne les corps de métier, structuré en corporation, ce qui désigne le concept de « regroupement de personnes exerçant le même métier, la même profession », ce qui est un peu différent de corporatiste.

Et quel est le « mal » à l’être ? Il y en a bien d’autres.

Notre syndicat autonome et pluraliste a pour but de défendre les praticiens de l'Art infirmier de Belgique (infirmiers et aides-soignants). Union4U est de par la volonté de praticiens de l'Art infirmier pour faire entendre la voix de tous les infirmiers et aides-soignants exerçant en Belgique.

Finalement, qui mieux que nous pourrait-être plus légitime pour défendre notre profession ?

Quelle différence y a-t-il entre vous et les associations professionnelles ?

Union4U dans le contenu de ses statuts ressemble fort aux statuts d’une association professionnelle, et c’est normal, étant donné que notre ASBL a fait le choix d’adopter un statut juridique similaire qui garantit une transparence maximale eu égard aux contraintes auxquelles sont tenues les ASBL dont, entre autres, une publication annuelle de leurs comptes.

Toutefois, si les objectifs essentiels des associations professionnelles ne divergent pas, les moyens d’action mis en œuvre pour atteindre ces objectifs pourront être différents.

Au stade actuel du développement de notre syndicat Union4U, nous ne sommes pas en mesure de couvrir des frais de grève ou de chômage qui sont bien inscrits dans l’arrêté royal du 20/12/1963 relatif à l’emploi et au chômage. C’est pour cette raison que nos statuts excluent cet AR 63.

Indépendamment de cette restriction, nous revendiquons bien toutes les prérogatives d’un syndicat professionnel indépendant.

En quoi êtes-vous différents des autres syndicats ?

Nous sommes complémentaires mais spécifiques. Nous défendons le personnel soignant pour le personnel soignant. Notre profession en tant que praticiens de l’Art infirmier a des particularités et des spécificités qui ne sont malheureusement aujourd’hui pas correctement prises en compte par les syndicats traditionnels défendant une logique interprofessionnelle qui est réductrice et dessert nos intérêts.

Il faut que cela change ! Pour les mêmes motifs, d’autres syndicats indépendants ont vu le jour en Belgique (police, militaires, conducteurs de train à la SNCB, pilotes dans le secteur aéronautique, …).

Les organisations syndicales dites « traditionnelles » ne sont pas, d’une part, soumises aux contraintes légales auxquelles en tant qu’ASBL nous répondrons dès lors qu’elles restent à ce jour des associations de fait non tenues de publier leurs comptes et qu’elles ne disposent pas, à la différence d’Union4U, d’une personnalité juridique les exposant à des éventuelles poursuites civiles et/ou pénales. D’autre part, Union4U ne perçoit pas comme les autres syndicats traditionnels de financement public annuel octroyé par l’Etat, ce qui confère à Union4U une pleine liberté dans ses objectifs et actions.

Pourquoi Union4U plutôt que les autres syndicats ?

Notre profession comporte des particularités et spécificités qui réclament une prise en charge adéquate et bien ciblée. Nous avons des responsabilités importantes et une grande expertise qui sont sous évaluées. Comme pour les forces de police, nous pensons qu’un syndicat alternatif est indispensable afin de répondre adéquatement et en toute connaissance de cause à nos besoins spécifiques.

Vous comptez donc négliger les autres professions du secteur non marchand ?

Les syndicats traditionnels dits sectoriels sont aujourd’hui légalement compétents pour ce qui concerne la défense de tous les corps de métier du secteur non marchand. Malheureusement, en accord avec leur objectif premier de défense interprofessionnelle, dès que des avancées sont obtenues pour les travailleurs actifs dans le secteur des soins de santé, il est de leur logique d’en obtenir autant pour tous selon une répartition uniforme et non discriminante entre autres sur base du niveau de responsabilité assumé. Notre syndicat autonome et pluraliste des praticiens de l’Art infirmier ne peut admettre cette logique réductrice.

Une des raisons souvent invoquée est qu'il est plus aisé de soutenir une profession de santé dont les revendications pour un nombre limité de prestataires engendre un impact moindre pour le financement et les coûts de soins de santé; les praticiens de l'Art infirmier représentent de loin la catégorie de professionnels de la santé la plus importante (près de 220.000 infirmiers et 130.000 aides-soignants recensés dont près de 70% travaillent dans les secteurs de soins (source : SPF Santé publique - Commission de planification offre médicale - secteur soins infirmiers 2017 et 2018). 

 

Nos moyens d’action/vos services

 

Comment allez-vous nous défendre ?

Il est essentiel d’avoir une place dans toutes les instances de décision. Pour ce faire, il est essentiel que nous soyons très nombreux à être membres d’Union4U. Nous sommes plus de 300.000 infirmiers et aides-soignants à travers toute la Belgique, dont environ 70% d’actifs. Pour être entendus et écoutés, il faut que tous ensemble nous nous unissions. Nous nous baserons également sur des faits scientifiquement démontrés et non pas sur des affirmations quelconques; c’est pourquoi, il nous a paru essentiel de mettre en place un centre de recherche qui pourra nous fournir des chiffres probants, des indicateurs fiables et des propositions bien étayées.

Y a-t-il une défense juridique prévue ?

Oui, mais il faudra justifier pour en bénéficier d’être en ordre de cotisation depuis 6 mois.

Y aura-t-il des permanents dans les hôpitaux ? Union4U sera-t-il présent dans les CE, les CA et les CPPT ?

Notre objectif prioritaire est d’être représentés à tous les niveaux de pouvoir et de décision et donc également au sein des institutions. Cela demandera du temps et surtout un nombre conséquent d’affiliés justifiant d’une solide représentativité.

Il est important de se rendre compte que nous sommes une majorité incontournable du personnel du secteur non-marchand, il sera donc révolu que nous ne soyons plus consultés si notre syndicat compte un nombre conséquent de membres. C’est cela qui fera notre force !

Vous ne pourrez pas aller à la grève alors comment combattre efficacement ?

Nous pourrions éventuellement aller à la grève mais ne pourrions indemniser nos affiliés.

Il y a, pour nous, bien d’autres armes pour pouvoir être entendus. Il y a eu tant et tant de grèves qui n’ont pas abouti. Est-ce encore aujourd’hui le bon moyen pour se faire entendre, nous ne le pensons pas. L’union fait la force et c’est sur cette base que nous espérons pouvoir enfin obtenir ce que nous demandons depuis longtemps. Nous ne pourrons plus être « invisibles » ! Si toutes les infirmières et toutes les aides-soignantes se rassemblent sous la bannière d’Union4U, bien des choses seront possibles à l’avenir. C’est sur le décompte du nombre d’affiliés que nous comptons être forts. Il ne faut pas oublier que nous sommes en tant que praticiens de l’Art infirmier la corporation de loin la plus conséquente dans le secteur non-marchand. A nous de prendre en mains notre destin !

Maintenant, si nous devions agir autrement cela pourrait se concrétiser par des manifestations, voire d’autres actions de protestation. Toutes ces décisions seraient prises en étroite concertation avec nos membres, après concertation.

 

Nos combats

 

Quelles sont les revendications d'Union4U ?

Cette année, nous allons nous focaliser sur trois points d’action qui nous paraissent prioritaires :

·         la reconnaissance de la pénibilité ;

·         la révision de la classification des fonctions IF-IC dans le privé comme dans le public, la suppression des discriminations telle que la non reconnaissance de certains titres professionnels particuliers (spécialisations) et la revalorisation d’emblée des barèmes ;

·         l’amélioration de la représentativité des praticiens de l’art infirmier dans toutes les instances de décisions.

Puis il y aura assurément des sujets « urgents et d’actualité ».

Il est primordial de signaler que nous fonctionnerons dans un esprit de démocratie participative. Chaque année nous questionnerons nos membres sur ce qu'ils souhaitent défendre ou revendiquer. A partir de cela nous établirons un cahier des charges pour l'année à venir. Notre but premier est que vous vous retrouviez et que vous vous reconnaissiez à travers les combats de notre syndicat Union4U, votre syndicat toujours à votre écoute !

Que reprochez-vous à la classification des fonctions « IF-IC » ?

L’IF-IC a élaboré, en collaboration avec les partenaires sociaux, de nouvelles classifications de fonctions. Chaque description de fonction a été pondérée selon des critères dont les prestations irrégulières ont été exclues ! La méthodologie IF-IC a abouti à la discrimination de certaines catégories professionnelles avec notamment pour les infirmières spécialisés, agréés après le 1er septembre 2018, la suppression des primes pour les titres et/ou qualifications professionnels particuliers (TPP/QPP).

Les hôpitaux et institutions de soins publiques vont eux aussi devoir appliquer, en principe, dès le 1er juillet 2021 ces dispositions IF-IC qui ne concernaient à l’origine que le secteur privé.

Nous refusons catégoriquement toute discrimination professionnelle et cette dévalorisation des titres et qualifications !

Que demandez-vous pour améliorer notre représentativité ?

La profession infirmière est représentée dans plusieurs organes au sein du SPF Santé publique et de l’INAMI. Le poids de cette représentation doit être accru pour plus d’efficience. Les avis rendus aux Ministres compétents en matière de Santé n’ont plus aujourd’hui qu’un caractère consultatif ; ils gagneraient à (re)devenir contraignants. Notre nouveau syndicat infirmier s’inscrit dans la même perspective des syndicats médicaux qui défendent spécifiquement les intérêts de leurs affiliés.

Quel sont vos demandes en termes de pénibilité ?

La reconnaissance de la pénibilité de nos professions nous semble une évidence. Le Comité national des Pensions a défini des critères de pénibilité le 12/09/2016 à savoir :

1.       la pénibilité des circonstances de travail en raison de contraintes physiques liées aux charges physiques et à l’environnement de travail ;

2.       la pénibilité de l’organisation du travail ;

3.       la pénibilité en raison des risques de sécurité élevés ;

4.       la pénibilité de nature mentale ou émotionnelle.

Pour Union4U, c’est un réel défi, un axe prioritaire que nous défendrons !

Malgré plusieurs engagements et promesses politiques, rien ne s’est concrétisé. Nous devons « transformer l’essai » et obtenir le bonus pension dû aux soignants ainsi que des aménagements de fin de carrière en conséquence.

Aurons-nous notre place dans les décisions du syndicat ? Pourrons-nous donner notre avis ? Et comment ?

Nous sommes résolus à fonctionner selon un principe de démocratie participative et dès lors vos questions/demandes/retours du terrain nous guideront et seront le fer de lance de nos actions.

Les membres seront régulièrement appelés à choisir les thèmes à défendre et les revendications à rencontrer pour l’année à venir. Dans les moments particuliers de crise, nos membres seront consultés pour qu’ensemble nous puissions décider de ce qu’il convient de faire et de mettre en place en fonction de l’urgence de la situation.